Coups de coeur Théâtre – Avignon Off par Angélique Lagarde

Posté par angelique lagarde le 25 juillet 2015

Coups de coeur Théâtre - Avignon Off par Angélique Lagarde dans Festival Avignon spectacle_14876-251x300
.
Serge Maggiani dans Nous n’irons pas ce soir au Paradis

L’art de transmettre

Cette 50ème édition du Off se démarque par la qualité de certaines interprétations, qu’il s’agisse de suivre les pas de Dante à travers la Toscane, partager une tranche de vie  familiale et même remettre en question le sens même du théâtre ! En d’autres termes, vous ne pouvez quittez le festival sans avoir vu : Nous n’irons pas ce soir au paradis, Les Primitifs et La Matte. Ces trois derniers coups de cœur de la rédaction viennent compléter la liste des spectacles déjà référencés que nous avons eu le bonheur d’apprécier et souhaitions vous faire partager !

Nous n’irons pas ce soir au Paradis
Serge Maggiani raconte L’enfer de Dante
De et par Serge Maggiani avec la collaboration de Valérie Dréville
Au Théâtre des Halles – Avignon Off – du 4 au 26 juillet à 17h

Voyage en Toscane

La Toscane, dessinée par les mots de Serge Maggiani, offre le paysage à travers lequel Dante a porté ses pas. « Ce soir, nous n’irons pas au Paradis, nous n’aurons pas le temps », nous annonce notre éloquent narrateur », nous n’aborderons que les flammes de l’Enfer de La Divine Comédie de Dante. Selon notre orateur, tout véritable italien est convaincu que Dante est véritablement revenu de l’enfer ; à la fin de la représentation, nous le serons également !

A la fois narrateur et interprète du poème, Serge Maggiani nous donne à entendre non seulement le poème, mais également la langue de Dante. Il nous offre à la fois un éclairage historique, politique, géographique et poétique bien entendu de La Divine Comédie. A la recherche de Béatrice, en quête de l’amour absolu, nous arpenterons ensemble les marches du purgatoire et affronterons ses créatures fantasmagoriques pour atteindre la lumière. Un grand moment de lyrisme à l’état pur à ne pas manquer !

.

visuel-primitifs-avignon-201x300 dans Festivals

Les primitifs
Idée originale et mise en scène d’Hala Ghosn
Auteure associée : Bérénice Andrée
Le collectif La Poursuite / Makizart
À Présence Pasteur – Avignon Off – du 4 au 26 juillet à 18h

La télé-réalité en scène

Nous avions découvert le collectif avec en 2008 avec Beyrouth Adrénaline et suivons depuis son parcours avec beaucoup d’intérêt. Dans ce nouvel opus, la mise en scène nous plonge littéralement dans leur univers. Dans un petit théâtre de province, nous viendrions d’assister à la première d’une pièce sur la victoire de la maire aux élections suite à un jeu de télé-réalité. Bloqués dans le théâtre pour une raison mystérieuse, nous allons assister aux règlements de compte entre le metteur en scène, la comédienne, la responsable des lieux et le précédent élu à la culture.

Prétexte à une réflexion sur la dérive médiatique, le rôle des élus et la place des structures culturelles, il est dommage que la trame de la pièce n’est pas été un plus élaborée. Il s’agit en revanche d’une mise en scène pour le moins dynamique qui nous permet d’apprécier le jeu des interprètes et notamment celui de l’excellent Jean-François Sirérol. Si ce n’est pas leur projet le plus abouti, nous vous recommandons néanmoins chaleureusement de suivre le travail du collectif La Poursuite/Makizart.

.

Mate

La Mate
De et par Flore Lefebvre des Noëttes
Au Théâtre des Halles – Avignon Off – du 4 au 26 juillet à 20h

Famille nombreuse, famille heureuse

Avec beaucoup, beaucoup de dérision, Flore Lefebvre des Noëttes nous livre ce récit d’inspiration autobiographique et nous propose ainsi de partager une tranche de vie familiale. La Mate, personnage central est cette mère, tout droit sortie d’un roman naturaliste et pourtant si réelle qui orchestra la vie de ses dix enfants et de son marie bi-polaire. Maladie psychique, nous avions déjà été confronté à la bi-polarité, terme récent donné à la schizophrénie dans le superbe Mon amour fou. Traitée ici de manière très différente, le traitement n’en n’est pas moins habile.

Flore Lefebvre des Noëttes nous décrit le quotidien de cette famille un peu hors norme, coincée entre les carcans de la religion, la maladie du père et l’évolution d’une société des années 60 dont elle semble un peu déconnectée. Humour et légèreté dépeignent cette tranche de vie si éloignée et pourtant si semblable à chacune des nôtres. Auteure et interprète, si ce n’est déjà fait, Flore Lefebvre des Noëttes est une artiste à découvrir absolument !

Angélique Lagarde

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS