• Accueil
  • > Festival Avignon
  • > Fratricide avec Pierre Santini et Jean-Pierre Kalfon au Théâtre La Luna – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Fratricide avec Pierre Santini et Jean-Pierre Kalfon au Théâtre La Luna – Avignon Off – par Marie-Laure Atinault

Posté par angelique lagarde le 22 juillet 2014

Fratricide

Fratricide
De Dominique Warluzel
Mise en scène de Delphine Malherbe
Avec Pierre Santini, Jean-Pierre Kalfon et Franck Borde
Au Théâtre La Luna – Avignon Off - du 4 au 27 juillet à 16h

Le bon et le méchant ?

Fratricide, un mot qui claque comme une fracture irrémédiable, un crime dont on ne remet pas ! Les liens du sang sont-ils plus fort que tout ? Que peuvent bien se dire deux frères que tout sépare et qui ne se sont pas vus depuis vingt ans ? Dominique Warluzel nous offre un huis clos notarial, interprété par deux grands comédiens.

Fabien et Jean se retrouvent au bout de vingt ans dans l’étude d’un notaire. Leur centenaire de Père est mort, une mort qui ne semble pas les émouvoir. L’homme était dur et visiblement ne leur a pas offert une enfance facile. L’un est avocat, l’autre sort de prison au bout de vingt ans. Le dialogue est difficile, sous chaque virgule on sent mille reproches. L’ex-taulard ne cherche pas à cacher ni son passé de maquereau, ni son antipathie pour sa famille. L’avocat ne cherche pas à cacher sa réussite, ni le déplaisir qu’il a de revoir ce frère gênant. Leur père leur a réservé une dernière surprise avec un testament à conditions. Les frères vont devoir remuer des souvenirs douloureux, puisant dans les strates des non-dits des remords et des rancœurs. Le clerc de notaire chargé de leur donner les dernières volontés du « cher défunt » a ouvert la boîte de Pandore. L’héritage qu’il leur laisse est-il empoisonné ? L’enfance qu’ils ont eue, a marqué leur vie au fer rouge. Peut-être les deux hommes y trouveront-ils l’apaisement ?

Disons le tout net, la pièce de Dominique Warluzel ne révolutionne pas le monde théâtral. Plutôt bien écrite et de facture classique, elle laisse la part belle aux comédiens. D’ailleurs tout le spectacle est d’une facture sobre et de bon aloi. Delphine Malherbe a basé son travail sur les deux Stradivarius qui jouent ce duo. Pierre Santini impressionnant, compose l’avocat. Le ténor du barreau qui fait trembler les prétoires mais qui redevient un homme avec ses failles face à la mort d’un père craint. Un homme qui retrouve avec gêne,  un frère embarrassant pour lequel il a, en dépit de lui-même de l’affection. Jean-Pierre Kalfon, tout de noir vêtu est le mauvais fils. Il interprète le fils mal aimé. Voix profonde et regard froid sous lequel point la haine domestique.

Le casting semble évident : l’avocat grand bourgeois pour Pierre Santini, et le mauvais garçon non repenti pour Jean-Pierre Kalfon. Et pourquoi pas l’inverse ? Le décor de Catherine Bluwal est dans la veine classique voulue du spectacle, un tapis pour amortir les cris, une  table avec l’inévitable bouteille de whisky et de gros verres, fauteuil et canapé rouge propre aux confidences qui ne doivent pas être entendues. Nous sommes dans une étude de notaire. Et cela fonctionne. Malgré quelques petites réticences, ne boudons pas notre plaisir de voir deux grands comédiens.

Marie Laure Atinault

Théâtre La Luna
1, rue Séverine
84000 Avignon

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS