Olivier Sitruk dans Tribunal 21 par Marion Kling

Posté par angelique lagarde le 2 mars 2011

Hebergeur d'image

Tribunal 21
Sur une idée originale de Jane Audoli-Courtault
D’après les documents originaux recueillis par Jane Audoli-Courtault
(à lire dans Lettres du Mont Valérien éditions Ouest-France)
Dramaturgie et mise en scène de Jérémie Fabre
Avec Olivier Sitruk et le violoniste Jean-Philippe Audoli

Création sonore : Matthieu Garczynski
Création lumières et vidéo : Fred Hocké
Au SEL de Sèvres le jeudi 10 mars à 21h

10 invitations à gagner ! Il vous suffit de réserver de la part de Kourandart au 01 41 14 32 34 et de vous munir de cette page imprimée le jour de la représentation. Pour les suivants, vous pourrez bénéficier du « tarif jeune » à 8 €.

Portrait d’un terroriste attachant, vu par son interprète

Olivier Sitruk est le héros de Tribunal 21 où il incarne Bernard Courtault, jeune résistant condamné à mort pour avoir commis un attentat contre un chef de la Gestapo.


Un témoignage poignant

« J’ai rencontré Jane Audoli-Coutault, auteure de Tribunal 21, le soir d’une première dans un théâtre parisien. Elle ne voyait que moi pour interpréter le personnage de Bernard Courtault, son grand frère fusillé sur le Mont Valérien pendant la guerre. Projet intéressant, histoire touchante, mais difficile à envisager sur scène. Dix jours ont passé… J’ai reçu un mail de Jane : une révélation ! Surprenant, très fort, le scénario m’a immédiatement passionné. C’était sans compter les lettres de Courtault, qui lui ont heureusement survécu : un témoignage poignant de sa période de captivité, mêlant humour, inquiétude et mélancolie. Ces lettres en main, l’émotion m’a submergé. Nous avons alors présenté la pièce au musée de la Résistance : ce fut le début d’une magnifique aventure, portée par l’enthousiasme et la volonté de ses participants. »

Une performance audiovisuelle

« Tribunal 21 n’est pas la lecture banale d’un fait historique comme un autre. Cette pièce suppose un véritable jeu d’acteur : j’y incarne tous les personnages, de Bernard Courtault  à son père en passant par un des inspecteurs de police. Il s’agit de ressusciter les évènements comme si nous y étions. Jean-Pierre Audoli, neveu du jeune résistant, m’accompagne au violon, ce qui accentue la dimension émouvante et poétique du texte. Nous menons un travail artistique très complet. »

Un hymne à la liberté

«  Simplement mise en scène, la pièce avance crescendo vers son dénouement dramatique. Courtault était un jeune homme généreux, courageux et sûr des engagements qu’il défendit au prix de sa vie. Merci aux bouts de papier qui portent son histoire. Sans eux, le spectacle n’aurait pu voir le jour. »`

Propos recueillis par Marion Kling

Le SEL
47 Grande rue
92310 Sèvres
Site : www.sel-sevres.org

 

ndiheferdinand |
sassouna.unblog.fr/ |
pferd |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Konoron'kwah
| Montségur 09
| INTERVIEWS DE STARS